Faux seins et allaitement

Joey a des seins

« Moi si j’avais des seins, j’arrêterais pas de les regarder » Joey Tribbiani – Friends
OK, il ne risque pas d’allaiter avec, mais il a l’air plutôt satisfait de l’intervention.

Aujourd’hui nous allons répondre à la question que vous vous posez tous ! Peut-on allaiter avec des faux seins ?
Non ? Vous ne vous la posiez pas ? Eh bien nous si ! Alors on a cherché.
Alors, à priori, oui, on peut. Mais ce n’est pas si évident quand même.

Des réponses différentes en fonction de l’interlocuteur

Si vous posez cette question aux chirurgiens plasticiens qui posent des implants à tour de bras toute l’année, ils vous diront que oui, vous pourrez allaiter votre enfant après l’opération.
L’ennui, c’est qu’ils se basent sur des études qui ne prennent en compte que des mères qui n’allaitent que peu de temps et qui se concentrent essentiellement sur la capacité de ces femmes à produire du lait. Or, si la capacité des femmes à produire du lait suffisait à garantir un allaitement réussi, ça se saurait…
Autre accroc dans le raisonnement, ils comptent tous sur la précision du geste qui ne doit bien sûr pas toucher les structures du sein directement en jeu dans la physiologie de l’allaitement, soit le mamelon et ce qu’il y a dessous. Facile à dire…

Si vous posez la même question aux personnels soignants en maternité, ils vous diront que c’est pas gagné d’avance. Les chiffres varient beaucoup d’une étude à l’autre, et elles sont trop peu nombreuses pour une conclusion précise. Mais elles sont toutes d’accord pour avancer un taux d’échec de l’allaitement au moins 3 fois plus élevé chez les femmes porteuses d’implants que chez ces dames aux seins 100% naturel.

Ça ne veut pas dire qu’une femme ayant subit une augmentation mammaire ne pourra pas allaiter son bébé. En fait ça dépend beaucoup de quand et comment s’est passé l’opération.

Un impact sur l’allaitement variable en fonction de la technique chirurgicale

Il existe différentes façons de poser des implants mammaires. L’incision peut se faire sous l’aisselle, sous le sein ou à la jonction entre le mamelon et le sein (incision périaréolaire – faut réfléchir un peu avant de l’écrire celle-là). Et la prothèse elle-même peut-être posée soit entre la glande et le muscle pectoral, soit sous le muscle.

Les quelques études fiables faites sur le sujet révèlent que les femmes ayant subi une incision périaréolaire rencontrent plus de difficultés que les autres à l’allaitement. De même que celles dont les implants ont été posés entre le muscle et la glande.
Mais pourquoi donc ?

Sur le plan anatomique, pour un allaitement réussi, il faut :

1 – une glande mammaire qui fonctionne pour produire le lait.
Ça, a priori, pas de trop de problème, la pose d’implants n’altère pas la glande elle-même. Par contre, avec la montée de lait, la prothèse peut comprimer la glande et réduire la production de lait. Et faire un peu mal aussi, accessoirement.

2 – des canaux lactifères continus pour amener le lait de la glande au mamelon.
C’est là que ça se corse, notamment avec l’incision périaréolaire, puisqu’elle peut venir sectionner une partie des canaux lactifères.

3 – un système nerveux en état de marche au niveau du mamelon pour permettre la stimulation hormonale nécessaire à la production du lait et au réflexe d’éjection. Et encore une fois, on retrouve notre fameuse incision périaréolaire (dont on commence à bien maîtriser l’orthographe) qui a forcément endommagé une partie des terminaisons nerveuses au niveau du mamelon.

A noter que, pour des raisons esthétiques, l’incision périaréolaire est préférée dans 85% des chirurgies d’augmentation mammaire. Car la cicatrice est quasiment invisible. On comprend mieux pourquoi on retrouve un taux si élevé d’échec à l’allaitement pour les mamans concernées.

L’ancienneté de la chirurgie peut tout changer

Le corps, c’est bien fait. Les seins, comme le reste, possèdent une capacité d’auto-réparation surprenante. Les canaux lactifères et les terminaisons nerveuses sectionnés lors d’une chirurgie peuvent se reconstituer. Mais bien sûr, ça demande un peu de temps. Donc, plus la chirurgie est ancienne, plus vous avez de chance que ça fonctionne. Enfin, dans la limite du délai de péremption du reste du corps, quoi.

Et la qualité du lait dans tout ça ?

Beaucoup de femmes se demandent légitimement si les implants qu’elles portent peuvent altérer la qualité de leur lait. Certaines études se sont penchées sur la question et les plus sérieuses révèleraient plutôt que non.

Si la silicone peut effectivement migrer à travers les membranes et se disséminer dans l’organisme, il semblerait que ce soit sans conséquence pour le bébé. Par ailleurs la silicone est un composé tellement présent dans notre environnement que les chercheurs ne trouvent pas de différence significative du taux de silicone entre le lait des mères porteuses d’implants et des autres. Et il est bien plus élevé dans le lait de vache, et donc dans les laits infantiles industriels, qui ne sont que des laits de vache enrichis…
Donc si cette question vous inquiétait, vous pouvez vous rassurer.

Le conseil du temps des Mamans : Massez vos cicatrices !

Si vous vous décidez pour la pose d’implants mammaires et que vous ne voulez pas pour autant renoncer à allaiter un jour vos enfants, massez vos cicatrices.
On le sait, ce n’est pas la pratique la plus agréable en terme de soin du corps. Mais le jeu en vaut la chandelle. Ça évitera l’adhésion des tissus et la formation de masses ou de bourrelets cicatriciels denses, qui peuvent se révéler douloureux au toucher, ou lors de la montée de lait. Ça favorisera aussi la reconstitution des structures endommagées par la chirurgie et donc ça augmentera vos chances de réussite pour un éventuel allaitement.

Nos sources

Après des heures de recherches, c’est finalement, une fois n’est pas coutume, chez La Leche League, que Le Temps des Mamans a puisé ses infos, sur cet article, qui a le mérite d’être à la fois complet et concis. Celui-ci, trouvé sur l’Espace Allaitement, reprend les mêmes infos, mais en moins clair, et ça date un peu.

Et pour en finir avec les légendes urbaines sur les faux seins

Juste pour se détendre, voici un petit Vrai / Faux bien marrant sur les implants mammaires.

Partager :
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *