Le point du mari

poupée recousue

Un peu trash ? C’est pas faux. Mais moins que les mots qui suivent

Vous connaissez le fameux « point du mari »? Le Temps des Mamans, qui ne se trouvait pourtant pas particulièrement naïf, vient seulement de découvrir l’existence de cette pratique barbare dénoncée il y a un an seulement. Et il faut bien l’avouer, l’écriture de cet article s’annonce rude, tant le choc est grand. Bienvenu en 2015 dans le monde de l’Obstétrique Française…

C’est quoi le point du mari ?

Ce que l’on nomme dans les coulisses des salles d’accouchement sous la douce terminologie de “point du mari” est en fait UNE SERIE de points de suture supplémentaires (parce qu’en vrai, un seul, ça ne suffit pas ; il en faut un peu plus pour que ça tienne) faits à la jeune accouchée à la suite d’une déchirure ou d’une épisiotomie. Ces points sont destinés à resserrer l’entrée du vagin afin d’augmenter le plaisir lors de la pénétration.

Mais le plaisir de qui, exactement ?

De Monsieur, cela va sans dire ! Parce que celui de Madame, dans ce cas de figure, n’est pas seulement mis de côté ; il est purement et simplement sacrifié ! Il n’y a qu’à lire les témoignages des femmes victimes de cette mutilation (voilà ceux d’Elsa et de Katinka; c’est à pleurer). Pour elles, l’acte sexuel n’est plus synonyme de plaisir, mais de douleur puisque le tissu cicatriciel ainsi créé n’est absolument pas élastique et rend donc la pénétration systématiquement et définitivement douloureuse. A moins d’une chirurgie réparatrice. Mais pour en bénéficier, encore faut-il se décider – au bout de quelques mois, voir quelques années – à aller consulter, ET tomber sur la bonne personne. Car certaines femmes se sont entendues répondre : « C’est dans votre tête; allez voir un psy », sans même une auscultation.

Une barbarie peut-être pratiquée plus par ignorance que par malveillance…

… Mais qui donne quand même une idée du niveau psycho-affectif des médecins concernés. Lesquels sont convaincus :

  • que les hommes vont prendre plus de plaisir avec une femme qui a mal à chaque coït qu’avec une qui prend son pied… Mais bien sûr ! Les femmes aiment avoir mal, c’est bien connu ; d’ailleurs, quand elles disent non, ça veut dire oui…
  • que le plaisir sexuel de l’homme est inversement proportionnel à la largeur du vagin de leur partenaire. C’est beau les maths. Et surtout, c’est simple. Dommage pour les victimes de ces tarés du bistouri : le cul n’est pas une science exacte.

Vous aussi vous trouvez cela révoltant ? Attendez de lire l’article de la semaine prochaine, Polémique autour du point du mari. C’est pire .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.