Le côté obscur de l’haptonomie

Dark Vador lit "how to rule"

Faute d’avoir trouvé une photo de Dark Vador faisant de l’haptonomie…
Photo de Pawel Kadysz

Le fondateur de l’haptonomie, Frans Veldman, a auto-proclamé son institut de formation, le CIRDH (Centre International de Recherche et de Développement de l’Haptonomie) comme étant le seul a avoir le droit d’enseigner l’haptonomie. On peut penser : normal, c’est lui qui l’a créé, il sait de quoi il parle. On peut aussi penser : quand on fonde une méthode que l’on croit révolutionnaire et que l’on organise sa diffusion, on prend le risque de faire des petits. Que cette méthode soit reprise par d’autres. Et pourquoi pas qu’elle s’en trouve même enrichie.

Ce que la fondatrice de la préparation affective à la naissance, Brigitte Dohmen, ne s’est pas privé de faire, en intégrant des notions d‘ostéopathie et de chant prénatal à l’haptonomie originelle. Ce qui la rend bien plus facile à mettre en pratique le jour J à la maternité. Brigitte Dohmen a-t-elle baptisé sa méthode « préparation affective à la naissance » pour éviter le terme litigieux d’haptonomie ? L’histoire ne le dit pas. Mais elle a bien fait…

Rappelons que l’haptonomie n’est pas une formation reconnue par l’Etat. Légalement, RIEN n’oblige donc à passer par le CIRDH pour se former. Mais se n’était pas le point de vue de Frans Veldman (décédé en 2010) et de son équipe. Il était d’ailleurs en procès avec son propre fils, formé par ses soins à l’haptonomie, et qui a fondé sa propre école en Hollande. Ça laisse ne laisse rien présager de bon quant à « la sécurité affective », si chère à cette approche, qui règne dans la famille, et par extension dans cette école, qui forme la très grande majorité des haptonomes en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.