Maisons de naissance : la fin du blocage ?

une chambre de la Maison Arc-en-Ciel, à la polyclinique de Bordeaux

Un grand lit pas médicalisé, une jolie baignoire, une déco soignée et accueillante, pas de machine qui fait « bip », bienvenue en maison de naissance. Ici, une chambre de la Maison Arc-en-Ciel, à la polyclinique de Bordeaux

Cette fois, c’est officiel : 9 maisons de naissance pourront ouvrir en France en 2016 !
Cette annonce fait suite à la parution cet été au Journal Officiel du décret relatif aux conditions d’expérimentation des maisons de naissance en Juillet dernier.

Si beaucoup de médias ont relayé l’info (si, si, il faut le reconnaître, pour une info relative à la périnatalité, elle a fait parlé d’elle ; même sur France inter ), le Temps de Mamans regrette que la plupart des articles ne communiquent pas la liste des projets retenus. Pourtant publiée en novembre dernier. Mais, la voilà :

  • CALM, maison de naissance de la maternité des Bluets à Paris
  • Premier cri, à Vitry-sur-Seine (Val de Marne)
  • Maison de naissance Doumaia, à Castres (Tarn)
  • La maison, à Grenoble (Isère)
  • Le temps de naître, à Baie-Mahault (Gaudeloupe)
  • Joie de naître, à Saint-Paul (La Réunion)
  • Premières heures au monde, à Bourgoin-Jallieu (Isère)
  • Maison de naissance d’Alsace Manala, à Sélestat (Bas-Rhin)
  • Un nid pour naître, à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

Ces 9 sites ouvriront pour une durée expérimentale de 5 ans à partir de cette année. Période pendant laquelle aucune autre maison de naissance ne pourra voir le jour.
Bon, parmi les 9, on trouve la maison de naissance des Bluets, qui est en fait déjà en exercice depuis 2008. Donc, c’est 8 maisons de naissances qui ont eu l’autorisation d’ouvrir en 2016. Mais on ne va pas chipoter, ça reste une grande avancée dans notre système de soin et d’accompagnement périnatal.

Les conditions de l’expérimentation

Eh, oui, y’en a toujours.
Déjà, seules les futures mamans présentant une grossesse normale pourront s’inscrire dans l’un de ces sites pilotes. Rien de plus normal ; c’est même la vocation des maisons de naissance : se consacrer exclusivement aux grossesses et aux accouchements physiologiques. Ça représente quand même potentiellement 80% des accouchements…

Par ailleurs, les accouchements pratiqués se font sans péridurale. Là encore, logique ; un accouchement physiologique, c’est un accouchement sans péridurale.
Si certains pensent que c’est dommage, sachez que la péridurale, c’est pas la panacée, loin de là. Il suffit de comparer les taux de satisfaction des jeunes accouchées avec et sans péridurale pour s’en convaincre. Et la proportion de gestes médicaux nécessaires en cas de péridurale vs sans est encore plus parlante. Mais on aura l’occasion d’en reparler bientôt…

Autre condition de l’expérimentation : les sites en questions doivent permettre le transfert éventuel de la maman alitée et du bébé sans avoir à traverser de voie publique. En bref, la maison de naissance et l’hôpital dont elle va dépendre doivent être au moins contigües.

C’est du vrai ou du toc ?

Certains défenseurs historiques des maisons de naissance crieront peut-être au scandale, arguant qu’il est mensonger de nommer « maison de naissance » ce qui n’est pour eux qu’un espace physiologique au sein d’un hôpital. Le CIANE (Collectif Inter-associatif Autour de la Naissance) a toujours insisté pour que la terminologie de maison de naissance ne s’applique qu’à des établissements totalement indépendants des hôpitaux, tant par leur géographie que dans leur fonctionnement administratif.

Effectivement, ce n’est pas ainsi que nos voisins européens encadrent le fonctionnement des maisons de naissance. Elles doivent toujours se situer à proximité d’un plateau technique obstétrical. Si la notion de proximité est variable d’un pays à l’autre, elles ne sont jamais attenantes à une maternité. On peut légitimement se demander en quoi la situation sanitaire Française justifie une telle prudence alors qu’elle ne semble absolument pas nécessaire en Allemagne, en Suisse, en Suède, aux Pays-Bas… et ce malgré un retour d’expérience extrêmement positif depuis de nombreuses années dans ces pays. Même au Canada, où les conditions climatiques peuvent rendre un transfert un peu plus compliqué que chez nous, les maisons de naissances ne sont pas accolées aux hôpitaux. Et elles abritent 76% des accouchements là-bas. C’est à dire la quasi totalité des accouchements normaux !!!! Sans que ça pose le moindre problème.

Restons positif

Ce n’est peut-être pas le projet dont tout le monde rêvait. La Médecine garde par son biais un certain contrôle sur la question du suivi de grossesse et de l’accouchement. Et ces 9 maisons de naissances ne sont pour l’instant qu’expérimentales.

Pourtant, force est de reconnaître qu’elle a lâché du lest, Mme la Médecine. On peut lire dans ce rapport parlementaire que le collège national des gynécologues-obstétriciens, encore fermement opposé à l’ouverture de maisons de naissance en France en 2008, le l’est plus depuis 2012. Pourquoi tout ce temps perdu depuis, nous direz-vous ? Ah, Administration, Mon Amour, tu sais te faire désirer… Ou au moins, tu sais nous faire attendre !

Mais Le Temps de Mamans ne doute pas que cette expérimentation prouvera aux pouvoirs publics qu’il est urgent d’étendre le dispositif à tout le territoire, et de laisser les sages-femmes qui le souhaitent ouvrir et gérer ces lieux, comme est savent le faire. Et peut-être même, qui sait, aura-t’on un jour la chance d’annoncer sur ces pages la création de VRAIES maisons de naissance, totalement indépendantes. Ce sera la preuve que nos médecins ET nos politiques ont compris que les sages-femmes sont à la hauteur de leur diplôme. Et que les femmes ne sont pas folles de vouloir accoucher différemment. En bref, qu’ils nous font confiance, à nous, les femmes. Bon, OK, c’est pas demain. Mais on y viendra…

Une question, dans fond de la salle ?

« Euh, c’est quoi une maison de naissance ? »
Ah oui, c’est vrai. Ben, on verra ça la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.